Sélectionner une page

5 bonnes raisons de se mettre au vrac

par | 10 juin 2021 | Slowlife

Par définition la vente en vrac consiste à faire ses courses en achetant des produits sans emballages en utilisant vos propres contenants.

Faire les courses, une véritable corvée, pour peu qu’on soit accompagné d’un ou plusieurs enfants, ça peu carrément virer au châtiment! 😄

Du coup, forcément on fait au plus simple : on tend la main vers les produits emballés – dans du plastique la plupart du temps – on les met dans le chariot, on les ressort à la caisse, on les remet dans le chariot, ensuite on les place dans le coffre de la voiture et enfin on les apporte jusqu’aux tiroirs et placards : pfiou !

C’est déjà beaucoup de logistique alors pourquoi se mettre au vrac qui va nous ajouter des étapes (faire la tare (remise zéro des balances en magasin), peser, transférer à la maison dans des contenants, nettoyer les pochons et autres boîtes de transport…) ?

Sans parler du coût ! Car la plupart du temps acheter des produits en vrac dans le rayon bio de votre magasin préféré n’est clairement pas une méthode pour viser le pas cher.

Alors pourquoi passer au vrac ?

Moins d’emballages et moins de tentations industrielles

Acheter en vrac pour limiter les emballages et notre impact sur l'environnement

Évidemment la première raison de se mettre au vrac est de limiter au maximum les emballages, pour la planète mais aussi pour ne plus tomber dans les pièges des douceurs industrielles !

J’ai arrêté il y a longtemps toutes les barres chocolatées, les bonbons avec une cacahuète enrobée de chocolat ou les pâtes à tartiner contenant de l’huile de palme (vous reconnaîtrez tout ce petit monde je pense !).

Mon premier cheval de bataille alimentaire a donc été le boycott de l’huile de palme.

Cependant, si je trouvais des douceurs qui n’en contenaient pas, je les achetais pour me faire plaisir !

Donc bonbons industriels, chips et autres gâteaux rentraient chez moi dans de jolis plastiques qui finissaient irrémédiablement à la poubelle. Sans huile de palme certes mais guère mieux en ce qui concerne la santé.

Me sentant toutefois concernée par la pollution en général, à force de documentaires, articles de presse ou vidéos internet sur le sujet de la pollution plastique, je me suis rendu compte de l’ampleur des dégâts et j’ai cogité sur le sujet.

Ai-je besoin de ces bonbons acidulés, de ces chips hyper grasses et salées, de ces gâteaux ?

Sûrement pas. Envie oui, besoin non (comme dirait Marylin Manson “Do you need it ? No ! Do you want it ? Yes !“)

Mais je ne me fais donc jamais plaisir ?

Bien sûr que si ! Mais presque plus avec de l’industriel, conventionnel qui plus est.

Se mettre au vrac est une bonne solution pour arrêter les sucreries, le trop gras trop salé tout en limitant ses emballages.

Les bonbons et biscuits apéro en vrac sont plus chers ?

Dites-vous qu’ils ont de meilleures compositions, moins d’ingrédients cracra (conservateurs, additifs, exhausteurs de goût…) et qu’en plus le prix calme vos ardeurs et vous oblige donc à en prendre une petite quantité si toutefois comme moi vous craquez !

En plus on aura tendance à les manger moins vite et à les savourer !

Quant aux gâteaux, eh bien faites-les vous-mêmes ! Il existe des tas de recettes ultra rapides à faire nécessitant peu d’ingrédients.

On découvre des nouveautés

Quand on côtoie les boutiques et rayons bio, on peut faire de super trouvailles et notamment dans le vrac.

Vous connaissez le sucre de coco ? Il a un fort pouvoir sucrant et un index glycémique bas.

Donc oui il est bien plus cher au kilo que le sucre blanc raffiné mais on en met moins et en plus il est bien meilleur pour la santé.

Autre aliment du rayon vrac : les petits carrés salés au comté ! Miam! Pas pleins de graisse ni de sel mais pourtant goûteux !

Et que dire des bananes séchées ?

Je ne parle pas des chips de banane mais de bananes complètement déshydratées et noires, à l’aspect peu ragoûtant et pourtant une pure tuerie! (enfin si on aime la banane à la base haha).

Elles sont sucrées certes mais elles apporteront de l’énergie et de bons nutriments contrairement à un snack conventionnel qui sera juste bon au goût mais sans intérêt nutritionnel. Il y a bien d’autres exemples, des petit gâteaux à tête de chat, des fruits à coque enrobés de chocolats… croyez-moi il y a de quoi se faire plaisir et ravir les papilles !

Des bananes séchées de chez Biocoop. Une tuerie !

Mon magasin d’alimentation de produits en vrac de prédilection est Biocoop !

Biocoop est une très bonne enseigne pour faire ses courses en vrac et trouver de bons produits bio (car le mot Bio n’est pas un synonyme de qualité et de traçabilité auprès de toutes les enseignes…).

Je vous donnerai mon avis à propos de l’enseigne Biocoop dans un prochain article.

On stocke dans des jolis contenants

Stocker ses aliments vrac dans des bocaux de seconde main est également très esthétique

S’il y a bien un avantage à se mettre au vrac, c’est celui de tout ranger dans de jolis boîtes et bocaux ! Évidemment comme j’ai souvent vu faire, on peut acheter un paquet de pâtes et le transférer dans une boîte, mais honnêtement je ne trouve pas ça très malin !

Autant le prendre directement en vrac !

Les pâtes bio en vrac, on en trouve dans toutes les grandes surfaces, elles ont un prix très accessible et existent en demi-complètes (celles que je préfère ou complètes) et ont donc une valeur ajoutée nutritionnelle intéressante.

En plus avec le vrac on choisit ses quantités, ça évite le gâchis !

Revenons à nos contenants : le plus simple est de garder nos pots de conserve en verre, sinon on peut acheter des bocaux type Le Parfait en verre transparent et dans différentes tailles, parfait (sans jeu de mots) pour débuter !

On en trouve beaucoup en ressourcerie à prix riquiqui par rapport au neuf.

Après, si comme moi vous aimez la couleur et les jolis motifs, il y a les pots Henkel par exemple qui étaient proposés avec différents décors, dans plusieurs tailles et avec différentes fonctions (pot verseur, pot hermétique, verre doseur…) ils apportent résolument de la joie dans vos placards!

Si vous cherchez des pots Henkel vous pourrez en trouverez ici, et d’autres pots Henkel par là !

Bocal Pocahontas le Parfait

La marque Le Parfait dont je parlais plus haut a également fabriqué des pots avec les personnages Disney et des décors de fruits, oies, vaches… absolument canons dans une cuisine !

Vous pouvez aussi chiner des jolies boîtes en métal, il en existe pléthore !

Pour ce qui est des anciennes boîtes Tupperware qui ont beaucoup de succès, on évitera le contact alimentaire direct car elles contiennent du Bisphénol A, peu recommandé pour la santé !

Mieux vaut les utiliser en déco ou pour ranger des petits accessoires de cuisine ou pourquoi pas des petits objets que vous collectionnez ! évidemment cela ne concerne pas leurs gammes récentes ; d’ailleurs vous pouvez bien sûr opter pour du neuf si cela vous rassure pour l’alimentaire !

De mon côté la seconde main est mon mode d’achat, j’aime donner une deuxième vie aux objets (ou même une troisième, cinquième, énième vie!)

On économise de l’eau et on sauve des arbres

Pour se mettre au vrac, les pots en verre c’est super mais les emporter pour faire les courses c’est un peu compliqué, surtout si vous achetez votre vrac auprès des enseignes de grande distribution ou que vous faites vos courses à pieds !

Donc soit vous prenez sur place les sachets mis à votre disposition, soit vous confectionnez ou achetez des sacs à vrac, ce qui est à mon sens la meilleure option. En effet, même si les sachets en papier c’est bien mieux que les emballages en plastique, pour obtenir du papier il faut des arbres, de l’eau, des produits chimiques pour le blanchiment…

Et, s’il est recyclé, il subit également des traitements pour le désencrage par exemple, consomme beaucoup d’eau et d’énergie…

Bref ce n’est pas anodin de prendre ces sachets et donc d’encourager leur production. Je n’en utilise que lorsque j’ai oublié mes sachets en tissu chez moi (ça arrive !) ou si je suis de passage dans une boutique où je n’avais pas prévu d’aller et que quelque chose me fait envie .

En ce qui concerne les sacs en plastique compostable, issus du maïs ou de la canne à sucre, à éviter aussi car celui-ci ne se dissout que dans des conditions précises, sa dégradation totale est impossible et on se retrouve donc avec des nanoparticules comme avec le plastique classique ; de plus, pour faire 1kg de ce plastique bio compostable il faut 3 fois l’équivalent en matière première végétale, il implique donc de faire des cultures uniquement pour sa fabrication au détriment de cultures pour l’alimentation humaine avec en prime des plantes transgéniques traitées aux pesticides.

En cliquant sur le lien “source”, vous découvrirez des infos qui vont vous passer l’envie de mettre votre prochaine salade dans un de ces sacs à disposition dans beaucoup de magasins !

Source.

Vous l’aurez compris, la meilleure solution est d’emmener vos propres sacs à vrac. Un contenant idéal pour réaliser vos achats dans les rayons épicerie vrac de votre magasin !

Je vous conseille d’en constituer un petit stock pour ne pas être à cours et en avoir sous la main pendant que les autres sont dans le bac de linge sale.

Pour le lavage, rien de plus simple, mettez-les dans votre machine à laver lorsque vous faites une lessive de draps ou de serviettes (après les avoir secoués pour retirer la terre des carottes ou la farine haha).

Et si toutefois même après lavage certaines traces ne partent pas, un petit tour dans de l’eau très chaude et du percarbonate de soude leur rendra leur netteté.

Si vous cherchez des sacs ou pochons à vrac originaux c’est par ici  (fabrication artisanale avec mes petites mains !)

Un pochon Ulysse 31 réalisé dans du tissu vintage

On entre dans un cercle vertueux

Quand on met un pied dans l’écologie, en général c’est le début d’un processus vertueux.

Et je ne parle pas de faire le tri ou couper l’eau du robinet quand on se brosse les dents (ce sont les réponses qui reviennent souvent lorsqu’on demande aux célébrités quels gestes elles font pour la planète 🤦‍♀️ ). Ça c’est la base, même s’il y a plein de personnes qui ne le font hélas pas.

Non, je veux parler de gestes plus poussés comme arrêter d’acheter des boissons en bouteilles plastique, y compris l’eau (non seulement elles sont peu recyclées mais les particules de plastique migrent dans le liquide), faire son ménage avec des produits sains (savon noir, bicarbonate, vinaigre, citron..), oublier les parfums d’ambiance chimiques et autres bougies en paraffine, parfumées ou non, emporter avec soi une boîte à mégots pour éviter de les jeter par terre (ou pire dans le caniveau, ça finit dans les rivières et dans la mer !), réduire sa consommation de neuf (vive les friperies, les ressourceries et les vide-greniers!)… je ferai sûrement un article dédié pour vous donner les alternatives que j’ai trouvées.

Se mettre au vrac est un bon début pour rentrer dans cette spirale positive.

Ça peut paraître contraignant au début mais on finit par trouver ça agréable! On peut même faire participer les enfants (on tient le sachet pendant qu’ils appuient sur la poignée pour faire descendre l’aliment choisi), ils apprécieront de se sentir impliqués !

Une fois qu’on est lancé, on a envie de changer plein d’autres choses par la suite, ça fait cogiter, on s’aperçoit qu’il y a plein de petites habitudes faciles à modifier. Chaque petit changement est gratifiant car on sait qu’on agit pour la planète mais aussi qu’on améliore sa propre qualité de vie.

Et ça donne envie de continuer! 😀

Pour conclure

Se mettre au vrac n’est pas si compliqué qu’il y paraît et peut même devenir un plaisir (c’est mon cas !).

Après je suis bien consciente qu’on ne peut pas tout acheter en vrac, que l’offre existe surtout dans le bio et donc que les prix sont plus élevés au kilo.

Donc dans un premier temps, on peut commencer par acheter les produits non périssables de base qui ont des prix très abordables (riz, pâtes, farine, sucre…), les fruits et légumes on les prend au rayon primeur de son magasin habituel (ou au marché ou dans des boutiques consacrées) et on les met dans ses jolis sacs en tissu, on boit l’eau du robinet si sa qualité le permet…

C’est une façon de vendre qui va se démocratiser, les grandes surfaces vont devoir consacrer au moins 20% de leur surface de vente au vrac et il existe de plus en plus d’épiceries dédiées, bio ou non ; il y a même des animaleries qui proposent les croquettes et biscuits pour animaux en vrac !

Si on s’y met tous, on diminuera grandement la quantité de déchets générés par les emballages qui, ne l’oubliez pas, s’ils disparaissent de votre vue quand vous les jetez, ils ne disparaissent pas de la Terre.

À méditer !

Et vous ? Que pensez-vous du vrac ? Pensez-vous vous y mettre ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *